jeudi 6 novembre 2014

Les nouveaux collègues

Au mois de juin environ, j'ai débuté un nouvel emploi.  Je côtoie donc de nouveaux collègues qui connaissent très peu mon parcours.

Je n'ai caché à personne que ma fille est issue d'une FIV.  Ce n'est pas un sujet tabou pour moi et surtout, en mettant cartes sur table immédiatement, ça diminue les questions "Et le 2e, il est pour quand?".

Prévoyant faire un TEC prochainement, j'ai commencé à informer quelques collègues afin qu'elles puissent me remplacer le temps de mon absence. Soit quelques heures un matin pour une écho, une journée pour le TEC et quelques heures pour une prise de sang.  Peut-être même moins si un ou deux rendez-vous tombent la fin de semaine.

C'est en parlant avec deux d'entres-elles que j'ai constaté que mon entourage était bien informé.  Si, parfois, quelques acronymes ou quelques procédures leurs sont inconnus, la plupart du temps je n'ai pas besoin d'expliquer.  Mes collègues, elles, sont néophytes.

Vous imaginez donc que TEC, DPO, ménopause artificielle, épaisseur de la muqueuse utérine, etc. c'est du chinois pour elles.

Imaginez la scène...
Moi : "Ça se peut que je ne puisse pas boire au party de Noël!" (Et oui, on est déjà là-dedans!)
Collègue : "Pourquoi?"
Moi : "Si on décide de faire un TEC d'ici les fêtes et que je regarde mon cycle présentement, je serai post-transfert...  Ma prise de sang serait le lendemain..."
Collègue : "Ben c'est pas grave, l'alcool reste que quelques heures dans le sang, ça ne paraîtra plus..."
Moi : "C'est pas pour la prise de sang, c'est simplement que je serai post-transfert, donc peut-être enceinte..."

C'est là que je me suis dis que je retournais dans un monde parallèle. Les traitements de fertilité, les procédures et le jargon, on connait parce qu'on navigue là-dedans.  On devient des experts de notre infertilité, des traitements possibles, etc.  Notre entourage fait aussi un cours accélérer, mais moins poussé.  Mais la population en générale n'a pas besoin de ce bagage.

Je n'ai pas envie d'informer et de sensibiliser.  Je n'ai pas cette énergie. Je les aime bien mes collègues.  Je ne remet pas en question leur intelligence et leur capacité de compréhension. Mais je sais pertinemment que sensibilisation et éducation riment avec idées préconçues. C'est sur ce point que je n'ai pas d'énergie.

Ça me fait penser, avez-vous vu la "Montée de lait" de Geneviève Brouillette?  Non! Alors voici!



C'est bon, hein?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire