jeudi 13 septembre 2012

Fertilité 59 : La PMA, je ne l'ai pas choisi, mais...


(Billet écrit avant que j'apprenne que la FIV avait fonctionné...  C'était celui qui devait être publié suite à l'annonce du négatif, question de passer rapidement à autre chose!  Les choses se sont finalement déroulées autrement, mais je le trouve toujours aussi pertinent!)


Je suis fière de mon parcours du combattant en pma.  Je ne l'ai jamais caché.  Je ne me suis jamais cachée.  Si les gens ont des malaises par rapport à mon parcours, c'est leur problème, pas le mien.

Je n'ai jamais caché mon parcours parce que je considère que ce n'est pas une honte. Je considère, d'ailleurs que nous n'en parlons pas suffisamment (voir cet article qui résume assez bien ma pensée)...  Que nous créons nous-même le tabou autour de l'infertilité. Ne pas cacher, par contre, n'est pas synonyme de tout révéler et de le crier sur tout les toits!  Je me suis toujours gardée un petit jardin secret : des dates, des émotions, des décisions prises à deux, etc.  De plus, je n'en parle pas ouvertement sur mon fb.

Je suis fière de mon parcours parce qu'il m'a permis de grandir :
  • J'ai appris à relativiser.  Pour certains, je suis trop rationnelle...  Moi, je juge que je ne fais simplement plus de drame autour de situations banales de la vie quotidienne.
  • Je ne prends rien pour acquis.
  • J'ai fais du tri dans mon entourage.  Exit certains amis...  Exit aussi les confidences à certains membres de la famille.  Pas par méchanceté...  Mais plus par protection!
  • J'en connais plus que la moyenne des gens sur la reproduction, le système reproducteur et les hormones en jeu.  Je possède un vocabulaire varié sur le sujet.  Je suis capable de repérer, d'un seul coup d'oeil, lors d'une écho (endo ou pas), mes ovaires, mon utérus, mes trompes et ma vessie.  Je sais aussi comment préparer les injections (mélange à faire ou non) et comment me les injecter.  Même mon amoureux sait comment faire une injection intramusculaire (celle qui généralement en Europe nécessite l'assistance d'une infirmière).
  • Je vois plus facilement le côté positif des choses (quelle chance que de voir son enfant du haut de ses 12 cellules et de voir son coeur battre à 6 semaines et demi!).  Par conséquent, je ne m’apitoie plus sur mon sort.   Par exemple, je suis fière d'avoir vécu les IAC, les FIV et les TEC.  Je sais comment ça se fait et ce qu'on ressent!  Je l'ai vécu!  J'aurais été fière aussi de vivre l'expérience adoption (et là, ce n'est pas des paroles en l'air puisque nous avions réellement débuter le processus pensant que la FIV avait été négative!)
  • Finalement, je suis plus patiente, vraiment plus patiente!  Le "Je veux et j'exige" de notre société de consommation, très peu pour moi!

Ce dernier point, je le constate fréquemment. Surtout lorsque je discute "temps pour faire un enfant".  Encore dernièrement, lors d'un souper entre amis, j'en ai fait la constatation.  Elle de dire qu'elle tombe enceinte dès quelle le désir, qu'elle n'attend pas vraiment...  Elle parle d'une amie pour qui ça a pris 6 mois, que c'était vraiment long.  Moi de répondre que c'est dans la norme, qu'un couple sans problème peut mettre jusqu'à 12 mois d'essaie pour concevoir un enfant (75% des couples réussiront à l'intérieur d'un an).  Elle était estomaquée! C'est le cas de le dire.

Ouf, moi avec mes 5 ans et demi...  Je devais être vraiment désespérée...

En fait...  Oui, un peu, je ne peux pas le cacher!  Disons que l'espoir commençait à s'estomper!


Point grossesse : Ce matin, j'ai mis mes 2 derniers timbres de climara (oestrogène).  Je sais, normalement c'est le soir...  Mais elles se décollaient sous la douche...  Alors plutôt que de rager toute la journée, j'ai opté pour les changer!  Dans une semaine, cette partie hormonale sera derrière moi!  Ne restera que la progestérone, l'asaphen et le metformin!


8 commentaires:

  1. Bonjour Marie-Eve,

    Ce texte écrit avant le résultat était finalement prémonitoire car en effet je le trouve très pertinent en tant que bilan de ce parcours PMA. Et du coup tu peux rajouter aussi que ce parcours t'as permis de découvrir la joie de découvrir une grossesse et bientôt d'agrandir ta famille. Beau bilan!
    Je voulais te demander pourquoi est-ce que tu prends de la metformine? as-tu des problèmes de diabète?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups je viens de lire ton parcours et j'ai eu ma réponse... Mon médecin m'en a prescrit aussi il y a 3 mois mais j'étais dans un trop plein de médicaments, injections et compagnie et dans une vraie remise en question PMA et du coup je n'ai pas suivi le traitement. Penses tu que cela a un lien avec ton résultat positif? J'ai souffert à chaque tentative d'hyperstimulation, beaucoup d'ovocytes mais immatures donc à chaque fois des échecs et beaucoup de fatigue et de douleur... J'ai un peu l'impression que mon doc essaie le metformine car il est à court d'idées...

      Supprimer
    2. Hahaha, ce n'est pas grave. Je t'aurais expliqué!

      En fait, il était prescrit pour que la qualité de mes ovules soit meilleure. Lors de la première FIV, sur une vingtaine d'ovules seuls 2 embryons ont été conçus. Cette fois-ci, sur une dizaine d'ovules, 6 embryons ont été conçu et 5 ont été congelés.

      Est-ce que le metformin y est pour quelques choses, je pense bien que oui. Est-ce que le fait que je prenais du luvéris pour éviter l'hyperstim a joué pour quelque chose, sûrement aussi! Depuis quelques temps (années), en Amérique, ils prescrivent du metformine (ou metformin son générique) ou du glumetza (similaire) aux femmes ayant des opk pour améliorer la qualité ovocitaire! Certaines femmes perdent même plusieurs kilos en trop juste en prenant ces comprimés!

      S'il n'est pas trop tard pour toi (que la prochaine stimulation est dans 1 mois ou plus), j'en prendrais! La qualité ne pourra qu'être meilleure! Vas-y graduellement par contre (1 comprimé la première semaine, puis 2, etc.). Les effets secondaires ne sont pas joyeux et pour certaines femmes c'est pire que pour d'autre!

      Donne moi des nouvelles!

      Supprimer
    3. Je ne sais pas si tu as lu ce billet : http://www.amourpatient.blogspot.ca/search/label/FIV2?updated-max=2012-06-22T08:43:00-04:00&max-results=20&start=20&by-date=false

      J'explique un peu mieux les raisons du metformin!

      Bonne chance!!!

      Supprimer
    4. Coucou Marie-Eve! Merci pour ta réponse. Je vais suivre tes conseils (et ceux de mon doc du coup ^^) et suivre ce traitement. Il me les a prescrits parce que je réagis "trop bien" selon lui aux stimulations. J'ai à chaque fois un grand nombre d'ovocytes mais beaucoup sont immatures et il y a donc peu d'embryons qui se développent. La 1ère stim avait été une vraie douche écossaise : 18 ovocytes ponctionnés Youuuuhhouuuuuh!! mais au final seulement 4 embryons congelés O_o et pire encore que 2 transférés en 2 TEC infructueux... la vraie déconfiture :(((


      Enfin bref si en plus le metformine peut m'aider à perdre du poids, j'aurais tort de m'en priver.

      Allez, j'arrête de raconter ma vie et je file lire ton dernier post pour voir comment tu vas!

      Supprimer
    5. Je te souhaite que le metformine soit aussi bénéfique pour toi que pour moi!

      Et comme tu dis, si en lus il peut t'aider à perdre quelques kilos, pourquoi s'en priver! Je n'ai rien perdu, pour ma part.... Mais j'ai arrêté d'enfler comme un ballon de baudruche à la fin de chaque cycle! Juste pour ça, c'était la joie!!!

      Supprimer
  2. J'airai pu écrire la première phrase de ton billet au mot prés. Je n'ai pas honte non plus. Beau billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de voir que je ne suis pas la seule!

      Supprimer